Une intégration pour le moins surprenante

C’est une surprise pour les visiteurs du Musée d’Histoire de New York de se trouver nez à nez avec une chaise longue en bois vieille d’un siècle qui a vu le pont du Titanic lorsque ce paquebot de luxe dont la destination finale était New York s’abîma en mer causant la mort de 1500 personnes. Les liens avec New York sont donc forts puisque les premières témoignages de l’enquête gouvernementale se sont tenus à l’hôtel Waldorf-Astoria.

Chaise-longue-titanic

Voir cette chaise est d’un point de vue historique intéressant bien que le spectateur ne puisse certainement pas s’isoler d’images de Leonardo Di Caprio ou penser aux histoires terribles de ces passagers qui se sont peut-être agrippés à une telle chaise au milieu de l’atlantique où le Titanic sombra pour son premier voyage en rencontrant un iceberg.

Il reste actuellement un dizaine de chaise seulement dans le monde venues du Titanic. Une de ces chaise a été vendue l’année dernière aux enchères pour $150.000. Celle présentée au musée est un don de Aerin Lauder Zinterhofer, petite fille de Estée Lauder, une personnalité du monde des affaires New-Yorkais.

Le Musée de propulse dans la modernité

L’objectif de cette exposition est de créer de capsules de temps et d’époques. Les dons sont donc d’ailleurs encouragés, et le musée s’est  porté récemment acquéreur d’objet en lien avec le mouvement Occupy Wall Street. Il vise à documenter le réel, à le mettre en perspective et avec cette démarche, le Musée d’Histoire de New York se propulse dans la modernité.